Maison Blanchétoile

Confrérie RP - Le Seigneur des Anneaux Online - Serveur Estel


    Clydwyn, Franc-Tenancier

    Partagez

    Clydwyn

    Messages : 10
    Date d'inscription : 18/03/2009

    Clydwyn, Franc-Tenancier

    Message  Clydwyn le Lun 30 Mar - 22:53

    Il était une fois, dans ce beau et paisible pays qu'est la Comté, un gentil hobbit qui s'appelait Clydwyn. Beaucoup s'imaginent que les hobbits ne vivent que pour manger, jouer des tours ou encore fumer de l'herbe à pipe. Mais leurs champs ne se cultivent pas tout seuls. Leurs bières ne se brassent pas grâce à leur seule soif. Quant à leurs si fameuses tourtes, elles exigent elles aussi beaucoup de trvail en cuisine.

    Le jeune Clydwyn était un hobbit dur à la tâche. Levé avec le soleil, il passait l'essentiel de ses journées à s'occuper de ses champs, de ses animaux et des nombreux autres travaux nécessaires au bon fonctionnement de sa petite ferme. Le soir venu, il appréciait tout particulièrement de se délasser devant un bon feu de cheminée, savourant une pinte de bière de sa propre production ou fumant avec délice un peu de l'herbe à pipe qu'il cultivait avec tant de soins.

    Certains soirs, il délaissait son chaleureux petit trou de hobbit pour se rendre au village le plus proche afin de partager une agréable soirée à l'auberge, en compagnie de quelques amis. Le tenancier de l'établissement accueillait toujours notre jeune ami avec grand plaisir, car Clydwyn ne venait jamais sans charger son poney d'un ou deux tonneaux de sa bière et de quelques tonnelets de son herbe à pipe. Des produits que l'aubergiste lui achetait un bon prix, avant de les proposer à sa propre clientèle. Car Clydwyn, ou plus exactement ses productions, commençaient à se forger une petite réputation à travers toute la Comté et même au delà puisqu'il avait déjà reçu plusieurs commandes en provenance de la région de Bree.

    Clydwyn avait d'ailleurs quelques difficultés à satisfaire autant de clients, mais hésitait néanmoins à engager une ou deux personnes pour l'aider. Car il aimait travailler seul, et sa petite vie tranquille à la ferme lui convenait fort bien. Aussi choisit-il de refuser plusieurs commandes, conservant ainsi sa pleine liberté. De toutes façons, il était à présent en âge de commencer à sérieusement chercher une gentille petite hobbite et de fonder un foyer. Il serait toujours temps de songer à développer sa ferme, notamment grâce à l'aide qu'elle ne manquerait pas de lui apporter. L'argent qu'ils gagneraient ainsi leur permettraient dès lors d'agrandir leur demeure pour accueillir leurs enfants. Telles étaient les aspirations de Clydwyn : couler une vie des plus paisibles dans sa ferme, entouré de sa femme et de ses enfants.

    Mais ces rêves partirent en fumée. Littéralement. Notre jeune ami rentrait de l'une de ces soirées à l'auberge lorsqu'une odeur âcre et prenante attira son attention, le tirant au passage des douces rêveries nées d'un léger de boisson. A la lueur des étoiles, il vit l'épaisse fumée qu'il venait de sentir et qui s'élevait de là où se trouvait sa ferme. Il courut, comme jamais il n'avait couru jusqu'à ce jour. Arrivé enfin en haut de la petite colline qui surplombait sa ferme, il s'arrêta pour reprendre son souffle, contemplant avec horreur le spectacle qui s'offrait à ses yeux écarquillés.

    Le petit trou de hobbit qu'il chérissait tant finissait lentement de se consumer. L'entrepôt, où il gardait nombre de tonneaux de bière et d'herbe à pipe destinés à partir à la vente d'ici quelques jours, n'était plus que cendres. Les barrières en bois de ses enclos gisaient à terre, et toutes ses bêtes avaient disparu. Les pauvres, paniquées par l'incendie, avaient pris la fuite et s'étaient dispersées à travers la campagne environnante.

    Ce soir là, Clydwyn perdit tout ce qu'il possédait, à l'exception de son poney et des vêtements qu'il portait sur lui. Et c'est ansi que sa vie bascula. Ou, plus exactement, qu'elle prit un nouveau départ.

    *
    * *


    Tenté d'abord de reconstruire, notre hobbit se heurta bien vite à un nouveau problème : certains des brigands qui infestaient désormais la Comté passaient régulièrement par ses terres, se servant allègrement au passage. Il ne se sentait pas le courage de les combattre, et n'était pas de ces hobbits qui réclament de l'aide pour régler leurs propres problèmes. La Poste Rapide était en manque de personnel, c'était l'occasion où jamais de visiter la Comté. Et puis, peut être trouverait-il au fil de ses voyages un endroit tranquille et agréable ou construire une nouvelle ferme ?

    Clydwyn se mit donc à arpenter les routes et chemins de la Comté, délivrant paquets et missives pour le compte de son employeur. Il fit ainsi la découverte de nombreuses tavernes et, à sa grande surprise, s'aperçut qu'il aimait bien voyager. Il se rendit aussi compte que bien des hobbits connaissaient leur lot de problèmes ces temps-ci, et que son pays natal était loin d'être aussi paisible qu'il l'avait été jusque là. Tant qu'à voyager, autant se rendre utile ne croyez-vous pas ? C'est en tous cas ce que se dit notre jeune ami. Il commença donc à donner quelques petits coups de main aux Frontaliers, et à ceux qui en avaient besoin.

    Ce fut d'ailleurs à l'une de ces occasions qu'il fit la connaissance des jumeaux Pansier. Sauver une brebis de concours des griffes de vilains gobelins, voilà qui était assurément un défi pour notre jeune ami. L'assistance des jumeaux ne fut pas de trop dans cette périlleuse expédition, et il se prit de sympathie pour eux.

    De retour à Grand'Cave où il devait livrer de nouveaux paquets, il rencontra un nain fort bourru du nom de Keirgahr. Celui-ci venait perfectionner ses talents de brasseur auprès des maîtres de la région, ce en quoi Clydwyn se fit un plaisir de l'aider. Le nain se prit d'affection pour notre gentil hobbit, à moins qu'il n'ait repéré en lui le franc-tenancier qu'il était ? Toujours était-il qu'il lui offrit un nouvel emploi, au sein de la Compagnie de Bois Argenté. Des champs seraient mis à sa disposition, qu'il pourrait cultiver à loisir avec un bon pourcentage sur les ventes de ses récoltes.

    Clydwyn accepta aussitôt la proposition et se mit au travail. Pour une fois, il ne maudit pas sa curiosité qui l'avait poussé à aller voir ce que le nain pouvait bien avoir dans ses poches, provoquant ainsi leur rencontre. Néanmoins, quelque chose lui manquait. Car il avait fini par prendre goût aux voyages et à l'aventure, surtout lorsqu'il s'agissait de découvrir de nouvelles tavernes ou auberges. Il s'en ouvrit à Ser Aedred, qui le prit sous son aile et lui confia dès lors diverses missions, notamment le transport de missives à des alliés de la Compagnie ou de la Maison Blanchétoile.

    C'est ainsi que notre jeune et paisible fermier se fit négociant et messager. Son insatiable curiosité le pousse désormais à aller toujours plus loin de chez lui, visitant de nouvelles contrées, découvrant d'autres paysages et, surtout, goûtant les mets et les boissons de tavernes inconnues. D'aucunes mauvaises langues prétendent que la curiosité de notre ami va jusqu'à aller voir ce que dissimulent les poches des gens, mais il ne s'agit là que bien sûr que de vilaines rumeurs. Tout du moins, une récente expérience avec un nain lui aura appris que toutes les poches ne sont pas bonnes à visiter...

      La date/heure actuelle est Mar 20 Nov - 3:10